dossier thematiques

Si vous ne trouvez pas chaussure à votre pied … Marchez pieds nus !

Souvent négligé, le pied porte tout le poids du corps en position debout et permet la locomotion. Il a aussi un rôle d’équilibre, d’amortissement et de propulsion.

Le pied adulte comprend 26 os soit pour les deux pieds, le quart de ceux composant l’ensemble du squelette, 16 articulations, 107 ligaments (qui tiennent ces articulations) et 20 muscles qui permettent leurs mouvements.

Quel est votre type de pied ?

On distingue les pieds selon la forme de leur extrémité distale (vos orteils) et plus exactement en fonction de l’alignement des têtes des métatarsiens. On peut citer trois type de silhouettes :

– Le type « égyptien » qui concerne 50% de la population où l’extrémité de l’hallux est la plus distale (c’est à dire, le plus éloignée du centre du corps).

– Le type « grec » qui concerne 23% de la population où l’extrémité du deuxième orteil est la plus distale avec un pied en forme de triangle.

– Le type « carré » ou « romain » concernant 27% de la population où les extrémités des trois premiers orteils sont au même niveau.

– Le pied peut aussi être décrit selon la forme de la voûte plantaire : selon qu’elle est affaissée ou exagérée, on parle respectivement de pied plat ou de pied creux.

Pieds : 8 douleurs qui doivent vous inquiéter.

Avec 26 os, 16 articulations, 20 muscles et 107 ligaments, les pieds peuvent être le siège de diverses douleurs. En voici 8 qui doivent tout particulièrement attirer votre attention.

Douleurs avec déformation des orteils : un oignon ?

Les orteils (plutôt les 2 et 3ème) peuvent se recroqueviller « en griffe » ou en « marteau » occasionnant des douleurs. Mais, la déformation la plus fréquente est l’Hallux Valgus ou oignon.

L’hallux valgus ou « oignon » désigne une désaxation du gros orteil vers l’extérieur, pouvant s’accompagner d’une zone enflammée et gonflée. Cette affection est responsable de douleurs, de déformations de l’avant pied et de difficultés pour se chausser.

Traitement préventif :
  • Éviter le port de chaussures à talons hauts et à bouts pointus qui favorisent la déformation triangulaire de l’avant pied.
  • Pour soulager la douleur, choisir alors, des chaussures à bout large et rond avec des talons peu élevés ou plats.
  • Consulter un pédicure podologue qui proposera des soins de pédicurie, et/ou éventuellement des orthèses d’orteils ou des semelles.
Traitement curatif :

Lorsque les douleurs deviennent invalidantes et que les déformations rendent le chaussage pénible, la chirurgie peut être envisagée. Le but sera de réaligner le gros orteil pour supprimer la douleur et lui redonner son rôle propulseur, à la marche.

Douleur de la plante des pieds : l’aponévrosite plantaire

Également appelée « fascite », c’est une inflammation de la membrane élastique qui sous-tend la voûte plantaire et garantit son élasticité à la marche. Elle est due à un excès de poids, une hyperactivité ou le port de chaussures inadaptées. Elle peut entraîner un arrachement de petits fragments osseux au niveau de l’os du talon, voire la formation d’une épine cananéenne.

Traitement :

Massages, ultrasons et chocs électriques pour détendre la zone et ôter les adhérences.

Douleur de l’arrière pied : déformation de la voûte plantaire

Les déformations du pied comme le pied creux, plat ou valgus, parfois liées à un tendon d’Achille trop court, peuvent entraîner une surcharge sur tout l’arrière pied et, donc un phénomène douloureux d’usure des articulations astragaleo calcanéennes, sous la cheville.

Traitement :

Semelles et kiné avec élongations.

Douleur des pieds avec gonflement : la phlébite et l’arthérite

Certaines douleurs peuvent être liées à des maladies veineuses ou artérielles. Si les deux pieds sont gonflés, il peut s’agir de stases lymphatiques, si seulement l’un des deux pieds est gonflé ainsi que cheville et la jambe, une phlébite peut en être la cause. Si des douleurs dans les pieds et les jambes obligent à s’arrêter à la marche, il peut s’agir d’une artérite.

Traitement :

Médicamenteux

Douleur dans le gros orteil : arthrose ou goutte ?

Lorsque le gros orteil devient douloureux et raide, il peut s’agir d’un Hallux rigidus, une arthrose touchant l’articulation entre la première phalange et le métatarse (avant pied). Il ne doit pas être confondu avec la goutte qui est plus rare (1 cas sur 100), apparaît brutalement, rend articulation rouge, gonflée très douloureuse. La goutte, due à un excès d’acide urique dans le sang, est héréditaire.

Traitement :

Semelles et kinésithérapie, dans le cas de l’Hallus rigidus. Dans le cas de gouttes : régime alimentaire et traitement médicamenteux.

Douleur en dessous des orteils : la métatarsalgie

Cette douleur du métatarse (partie charnue à la base des orteils, au dessous du pied) se révèle à l’appui. C’est une douleur mécanique due à une mauvaise répartition des appuis à la suite d’un hallux valgus ou hallux rigidus. En effet, à la marche, le gros orteil supporte 2/5 du poids du corps. En cas de douleur importante, la charge se transfère sur les autres orteils, déséquilibrant tous les appuis du pied. Des fractures de fatigues peuvent même survenir.

Traitement :

Port de chaussures et semelle adaptées, orthèse et rééducation.

Douleurs de l’avant pied : le névrome de Morton

Ce gonflement des fibres nerveuses provoque « des douleurs brutales et invalidantes au niveau des 2e et 3e espaces entre les orteils pouvant irradier tout l’avant du pied, obligeant parfois à se déchausser.

Traitement :

anti-inflammatoires, port de semelles, kinésithérapie et, dans les cas extrêmes infiltration.

Douleur du talon : la tendinite achilléenne

Signalée par une douleur remontant dans le mollet, la tendinite du tendon d’Achille peut avoir plusieurs causes : hypersollicitation par une pratique sportive intensive sutout sans échauffement, ce qui peut même occasionner une rupture, calcifications intraendineuses ou prise de certains médicaments notamment antibiotiques

Traitement :

Repos, kinésithérapie. Les infiltrations sont à éviter car elles peuvent fragiliser le tendon et entraîner une rupture.